Solidarité internationale - une campagne pour l'éducation

CAMPAGNE PAS D'EDUCATION PAS D'AVENIR

 

 

 

La Campagne Pas d'Education, pas d'Avenir a été créée comme Quinzaine de l'Ecole Publique en 1946, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Depuis cette date le Ministère de l'Education nationale en confie la conduite à la Ligue de l'enseignement.

En 2010, La Ligue de l'enseignement et Solidarité Laïque unissent leurs forces pour mobiliser leurs réseaux et ainsi accroître la collecte des fonds pour faire de l'éducation de qualité pour tous et toutes, une réalité.

Chaque année des projets éducatifs d'associations locales sont choisis pour recevoir les fonds collectés lors de la campagne. Ces fonds sont affectés à des projets éducatifs par le biais d'associations locales dans de nombreux pays en Afrique, en Amérique du Sud ou encore en Europe de l'Est. Depuis 2002, plus de 300 projets éducatifs ont été financés pour plus de 1,6 millions d'euros.

 

 

 

 

Un peu d'histoire :

De la Quinzaine de l'école publique…

Créée en 1946 par le ministère de l'Education nationale qui en confie la conduite à la Ligue de l'enseignement, la Quinzaine de l'école publique visait originellement à permettre aux jeunes élèves des écoles publiques françaises d'avoir accès à diverses activités en parallèle de l'école. Cette manifestation contribuait à la promotion des activités éducatives, culturelles, civiques et sportives, offrant aux élèves la possibilité d'apprendre dans de meilleures conditions à l'école et en dehors de l'école.

Les enfants étaient invités à collecter des fonds autour d'eux en vendant à leurs proches, parents, associations et clubs sportifs, des timbres reprenant des dessins créés spécialement pour cette occasion. La Quinzaine a évolué, petit à petit, changeant progressivement de thème (l'éducation à la paix…) pour coller aux évolutions de la société.

 

… à la campagne « Pas d'Education, pas d'Avenir ! »

En 2002, la Quinzaine de l'école publique se réoriente vers la solidarité internationale et la question du droit à l'éducation pour tous et toutes dans le monde dans le cadre des recommandations définies à Dakar et des Objectifs du Millénaire pour le Développement relatifs à l'éducation. En effet, en 2000, les Etats et gouvernements membres de l'ONU ont défini huit grands objectifs à atteindre d'ici 2015 dans le monde. Le second de ces objectifs est d'assurer l'école primaire pour tous.

Ainsi, chaque année des projets éducatifs d'associations locales sont choisis pour recevoir les fonds collectés lors de la campagne. Ces fonds sont affectés à des projets éducatifs par le biais d'associations locales.

La campagne est aussi l'occasion de sensibiliser les élèves, de la maternelle au lycée, ainsi que l'opinion publique quant aux efforts qu'il reste à faire pour que tous les enfants et tous les jeunes voient le "droit à l'éducation" entrer dans les faits.

 

 

 

En 2011,

Des projets sont portés partout dans le monde, ils sont surtout repartis sur le continent Africain mais on en retrouve aussi 1 en Colombie, 1 en Birmanie, 4 sont situés à Madagascar.

Sur le continent Africain, 8 régions vont bénéficiées de différents projets ; l'Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Congo, le Mali, le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal.

Au Burkina Faso, plus particulièrement, 14 projets sont portés par différents associations.

Le projet que nous soutenons cette année, est porté par l'association corse Per a Pace – Pour la Paix et concerne l'école du village de Sindou.

 

Les différents objectifs de la campagne Pas d'Education Pas Avenir :

  • Favoriser le développement des systèmes éducatifs publics dans le monde et la complémentarité entre les systèmes formels et non formels d'éducation par de l'appui à des projets locaux ;
  • Favoriser l'éducation à la solidarité internationale dans les établissements scolaires français, dans les équipements de quartier et auprès de l'opinion publique ;
  • Renforcer l'action fédérative de la Ligue de l'enseignement et des fédérations départementales en direction du milieu scolaire ;
  • Elargir le réseau aux autres organisations membres de Solidarité Laïque ;
  • Augmenter la collecte de fonds permettant de soutenir un nombre plus important de projets.

 

Les Acteurs de la Campagne :

Les maîtres d'œuvres :

La ligue de l'enseignement et ses fédérations départementales par délégation du Ministère de l'Education Nationale, ainsi que Solidarité Laïque.

Les principaux partenaires :

Le Milan presse, la Ligue Internationale de l'Enseignement, de l'Education et des Populaire (LIEECP), les partenaires associatifs des pays concernés par la campagne.

Les soutiens et les relais de la campagne :

Anima 'fac, Cidem, associations locales des fédérations départementales et des organisations membres de Solidarité Laïque, associations de parents d'élèves, centres de vacances et de loisirs, centre d'animations, établissement scolaires, lycée agricoles, Juniors associations, syndicats enseignants et lycéens, universités…

Les partenaires institutionnels :

Ministère de l'Education Nationale, Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, Ministère de l'Agriculture et de la Pêche (DGER), autorités locales dans les pays concernés par la campagne.

 

Les parrains :

Après Sanseverino en 2008, et les Ogres de Barback en 2009, Amadou et Mariam, ainsi que de Jimmy Adjovi Boco en 2010, c'est au tour de Serge Kassy, chanteur de reggae Ivoirien et d'Omar Ba, écrivain francophone sénégalais, d'endosser le rôle de parrains.

 

En Corse du Sud, la campagne est orchestrée par la FALEP2A.

 

Pour plus d'informations, contactez-nous :

Aurore Benjamin, service civique Solidarité Internationale : 04 95 21 41 97 – reseau.asso.falep2a@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :